Croyances limitantes : les reconnaître pour mieux entreprendre

Pensées limitantes

Les pensées limitantes sont de véritables freins à l’épanouissement personnel et par conséquent au développement d’une entreprise. Entreprendre, c’est se poser des questions à longueur de temps. De fait, l’état d’esprit avec lequel on aborde sa journée aura un impact direct sur nos choix. C’est la raison pour laquelle il est si important d’apprendre à reconnaître ces pensées et ces croyances limitantes qui entravent le chemin du succès.

Qu’est-ce qu’une pensée limitante ?

Les pensées limitantes sont, comme leur nom l’indique, des pensées identiques à celles qui traversent notre esprit tous les jours. Par contre, elles ont la particularité de toujours avoir une connotation négative. Elles se matérialisent souvent sous forme de petites phrases.

Ces phrases négatives qui alimentent de fausses croyances

Vous et moi, nous en avons déjà entendu, nous en avons déjà prononcé, et parfois, nous les avons répétées à ceux qui nous entourent :

  • « je n’ai pas le droit à l’erreur »
  • « on ne peut pas tout avoir »
  • « je suis nul·le en mathématiques »

Certaines sont même devenues des lieux communs « l’argent ne pousse pas sur les arbres », ou encore, « la vie est dure ».

Une pensée limitante a l’air inoffensive au premier abord, car elle est ponctuelle et passagère. Pourtant, à force de répétition, on finit par l’intégrer et y croire fermement. Au final, ces pensées nourrissent des croyances négatives.

Ces croyances qui nous empoisonnent de manière inconsciente

Ces pensées négatives se répètent et deviennent de véritables armes d’autosuggestions. Elles se transforment en croyances fermement ancrées dans notre subconscient qui empoisonnent l’estime de soi.

En réalité, elles ne sont qu’une vue de notre esprit. Elles se construisent à travers notre culture, notre éducation et nos expériences de vie.

Par exemple, la croyance que la réussite ne peut être atteinte qu’au moyen de durs efforts. C’est une idée partagée par beaucoup de personnes que je rencontre.

Et cette idée se renforce chaque fois qu’ils atteignent une victoire après avoir investi beaucoup de temps et d’énergie.

Pourtant, le succès ne pourrait-il pas être l’accomplissement de réaliser ce en quoi on croit ? L’effort n’est pas la seule cause, mais l’humain cherche à valider ses croyances à travers ses actions.

Ces fausses croyances sont toxiques. Elles finissent par créer un blocage mental fort. Elles peuvent même nous amener à créer des situations dans le but de les valider. C’est un cercle vicieux qui nous empêche d’aller de l’avant et freine les projets que nous entreprenons.

Comment identifier les pensées limitantes ?

Pour les identifier, il faut reconnaître ses propres processus de pensée. En d’autres mots, il faut être à l’écoute de cette petite voix intérieure.

Le problème, c’est que certaines pensées limitatives proviennent de notre éducation pendant l’enfance. Leur origine remonte si loin dans le passé que nous n’en avons plus conscience. Les identifier devient alors un réel challenge.

Qui plus est, notre esprit transforme nos croyances en certitudes avec le temps. Et par principe, nous ne remettons pas en question nos certitudes.

Penser que nos croyances nous définissent

La vérité absolue n’existant pas, les êtres humains se construisent sur un ensemble de représentations et de convictions. D’ailleurs, un scientifique vous le confirmerait : les résultats d’expériences ne sont jamais sûrs à 100 %, il y a toujours une marge laissée au doute.

Comme nous ne pouvons vivre dans l’incertitude, chacun bâtit sa vie sur un système de croyances qui finit par se confondre avec notre réalité.

Notre esprit cherche continuellement à valider et à renforcer ces croyances. Ainsi, si je prends l’exemple d’une personne qui pense être maladroite. Lorsqu’elle casse un verre en faisant la vaisselle, plutôt que de se dire que le savon l’a fait glisser de ses mains, elle pourra y voir une confirmation de sa maladresse.

Reconnaître ses pensées limitantes avec l’aide d’un professionnel

Étant donné le nombre d’obstacles à franchir pour identifier les croyances limitantes, les résultats sont plus rapides quand on est accompagné par un professionnel. En tant que coach, j’accorde une attention toute particulière :

  • aux schémas de pensées de la personne coachée ;
  • à ses réactions émotionnelles ;
  • à la sémantique des mots avec laquelle la personne coachée s’exprime ;
  • aux modèles de communication (omission, distorsion, généralisation) privilégiés par la personne pour transmettre ses idées.

Pensées limitantes

Vous l’aurez compris, pour identifier ses pensées limitantes il faut en avoir conscience. Pour vous y aider, je vais vous donner 3 exemples concrets qui sont récurrents chez les entrepreneur·e·s.

Restez attentifs·ves, l’un d’entre eux fera peut-être écho à ce que vous vivez dans votre quotidien.

Exemples de pensées ou croyances limitantes

Certaines émotions négatives sont récurrentes et nous empêchent d’avancer dans la vie parce qu’elles absorbent notre énergie et nous font perdre confiance.

Regardons ensemble 3 pensées limitantes qui freinent le développement personnel.

Travailler dur pour mériter le succès

La réussite ne sourit qu’à ceux qui travaillent avec acharnement. Cette idée est fortement ancrée dans notre culture. D’ailleurs autour de vous, les exemples ne doivent pas manquer. Les amis qui font des heures supplémentaires, les sportifs de haut niveau qui ne vivent que pour leurs objectifs, les films qui nous montrent des parcours réussis au prix de nombreux sacrifices.

Le succès est vu comme la rétribution de nos efforts et s’accompagne parfois des sentiments de devoir et de culpabilité :

  • On doit mériter sa réussite pour qu’elle ait de la valeur.
  • Ceux qui atteignent la réussite sans efforts ne l’ont pas gagnée en toute honnêteté.

Dans l’entrepreneuriat, cela se traduit par un agenda trop bien rempli et des heures de travail qui s’allongent. La fatigue s’accumule et les performances ne sont pas à la hauteur des attentes. Ce sont les signes avant-coureurs d’un risque de découragement voire d’un burn out.

Avoir peur de la réussite

Cette crainte que l’on retrouve particulièrement chez les femmes est une des conséquences du manque de confiance en soi. Les modèles de réussite féminine sont encore trop rares. Bien peu de femmes artistes, scientifiques, politiques côtoient les modèles masculins dans les livres scolaires. Et dans les médias, ce sont les hommes qui ont le temps de parole le plus important.

La peur de la réussite s’accompagne souvent du syndrome de l’imposteur. Vous le connaissez ? On pense ne pas être à la hauteur pour assumer de nouvelles responsabilités. Les nouveaux projets ou la création d’entreprises sont perçus comme autant de risques d’échec. On doute de pouvoir assumer son rôle jusqu’au bout.

Le succès nous fait sortir de notre zone de confort. Nous sommes obligés de faire de nouveaux apprentissages et de se confronter à l’incertitude du lendemain. Il faut aussi composer avec l’inconnu et les imprévus, et cet ensemble de facteurs peut générer de l’angoisse.

On notera aussi que la réussite n’a pas toujours bonne presse. Les entreprises qui prospèrent sont parfois accusées d’avoir troqué leur authenticité et leurs valeurs pour gagner plus d’argent. Voilà pourquoi certaines personnes préfèrent se contenter d’un demi-succès pour préserver le regard bienveillant de ceux qui les entourent.

Rechercher à atteindre la perfection

Le perfectionnisme est un trait de caractère courant chez celles et ceux qui ont leur entreprise. La présentation doit être impeccable, les prestations et les produits aussi, sans compter le service à la clientèle.

En cherchant à atteindre la perfection, on essaye de gagner une légitimité, et inconsciemment, il arrive qu’on tente de retarder le moment où il faudra se jeter à l’eau.

C’est typiquement une pensée qu’on pense être positive alors qu’elle limite nos actions.

Vous connaissez sûrement au moins un exemple d’une personne qui crée son entreprise et investit beaucoup d’énergie pour perfectionner son concept. Pendant ce temps, aucune autre action n’est prise.

Cependant, mieux vaut avoir un produit imparfait qui apporte de premiers résultats plutôt qu’un concept extraordinaire qui ne verra jamais le jour. Tout est toujours perfectible, donc rien ne sert de courir après ce que nous n’atteindrons jamais : la perfection.

Ce qu’il faut retenir sur les pensées limitantes

L’essentiel n’est pas de savoir si une croyance limitante est vraie ou non. Ce qui est primordial, c’est d’identifier les conséquences sur votre vie.

Essayez avant tout de déterminer si elle vous aide à avancer vers vos objectifs. À l’inverse, si elle a une influence néfaste sur l’estime de soi, elle devient un obstacle à votre réussite. Dans ce cas, il sera temps de cultiver plus de pensées positives pour modifier vos croyances.

J’espère que cet article vous aura apporté quelques pistes pour avancer. Et pour continuer à aller de l’avant, je vous invite à télécharger gratuitement mon livre